Pour réussir augmenter votre taux d’échec

Pour réussir votre taux d'échec
Pour réussir augmenter votre taux d’échec
Noter cet article

La réussite est une conséquence de votre taux d’échec. Si vous ne répétez pas deux fois la même erreur. Donc soi vous apprenez de vos erreurs ou des erreurs des autres. Vous avez peut-être déjà entendu cette phrase par Thomas J Watson qui dit « si vous souhaitez augmenter votre taux de réussite, doublez votre taux d’échec. » J’avais déjà cité cet auteur dans un autre article sur l’échec.

APPRENDRE DE SES ERREURS

L’erreur est la meilleure école possible. Par exemple, lorsque l’enfant se brûle en général il ne recommence pas. Il en est de même pour nous. Sinon on dit que vous êtes stupide. C’est pour cela que ceux qui n’ont pas peur d’essayer de tester apprennent plus vite. Ils s’habituent à rebondir, et continuer à avancer après un échec sans penser au jugement des autres où ressasser leur défaite.  Car il n’y a plus rien à faire sauf faire mieux la prochaine fois ou différemment.

Grâce souvent à la vision du succès qui aide à toujours avancer car si on vous disait demain qu’en jouant au loto vous étiez sur de gagner avec certains numéros, tout le monde essayeraient car le résultat est garanti. Je ne suis pas fan de jeux de hasard que ce soit le loto ou les casinos. Comme je l’ai dit-il y a quelques semaines j’ai gagné une place pour l’affiliate summit 2018 à Las Vegas. Malgré que je serais pendant une semaine entourée de machines de jeux avec des gens passionnés par les machines à sous, je ne vais pas miser un dollar, ni un cent car je sais que c’est toujours la maison qui gagne.

Et pour beaucoup, c’est l’effet inverse car la création d’entreprise, l’investissement immobilier égale risque et perte d’argent, où se retrouver à « dormir sous les ponts » à coup sûr. Oui il y a des gens qui ce sont retrouvés dans des situations difficiles. J’en fais partie mais on ne fait pas de gâteaux sans casser les œufs. Il y a des erreurs que je ne referais jamais maintenant car je suis averti. Dans mon cas, j’aurais dû lire plus de livres, assister à plus de séminaire ou me rapprocher d’autres entrepreneurs pour apprendre de leurs erreurs.

Et c’est pour cela que certains ne prennent aucun risque car en ne tendant pas là je confirme ils sont sûrs de ne pas échouer. Mais surtout ils sont sûrs de stagner. Rester dans sa zone de confort est le meilleur moyen d’échouer personnellement et de ne pas grandir.

Ceux qui ont réussi du premier coup sont rares ou ils ont eu des petits échecs qui ne les ont pas trop dérangé. Mais, ils sont surtout appris des erreurs des autres. C’est l’avantage d’avoir un réseau d’entrepreneur autour de soi ou un mentor comme je l’expliquai dans un autre article comment trouver un mentor 3.0 ?

Notre but devrait être de transformer chaque erreur en succès. Pour cela, il faut se poser la question comment faire au lieu de ce n’est pas possible. Le seul fait de se poser va avoir pour conséquence d’ habituer votre cerveau à trouver des réponses. Vous allez devenir un chasseur de solution. En utilisant, les capacités innombrables de notre cerveau que nous n’utilisons qu’à 10 % de sa capacité en moyenne.

COMMENT EVITER LA PEUR DE L ÉCHEC ?

Pour les gros frileux, pourquoi ne pas commencer petit. C’est à dire faire des petits projets (même si vous avez peur)  qui ne vous coûtent rien et si au contraire vous réussissez ce sera un petit succès qui vous encouragera.

Formez vous et émulez la personne qui vous inspire. En espérant, qu’il où elle  parle de ses erreurs dans son livre ou son blog. Malheureusement, la tendance est plus souvent de parler de ses succès que ses insuccès car c’est plus vendeur.

Une autre manière d’éviter la peur de l’échec est l’affichage de ses objectifs. Cela va vous permettre de toujours avoir la vison de ce pour quoi vous faites tous ces sacrifices. Donc en affichant vos buts, vos projets avec un plan bien pensé c’est comme utiliser un GPS pour vous guider et vous amener à une destination précise avec le chemin le plus rapide.

POUR CONCLURE

Il est normal d’avoir peur. Les seuls qui n’ont pas peur sont les fous (catalogués comme fou cliniquement) ou les experts. Ils connaissent leur métier et ont une confiance énorme en leur potentiel. Ce qui peut leur jouer des tours mais en même temps ce type de profil sait que l’échec n’est pas une fin en soi. Il y a une vie après l’échec et surtout une leçon à apprendre pour mieux faire la prochaine fois.

Et vous, avez-vous toujours peur de faire des erreurs ?

Laisser un commentaire